Chemin européen de Colomban

Parcours de Colomban

Au VIe siècle, Colomban a cheminé sur plus de 6000 km à travers l’Europe occidentale, rencontrant et évangélisant plusieurs peuples européens.

Aujourd’hui, quand randonnée et pèlerinage retrouvent un attrait enrichissant au près de nos contemporains, ce chemin de Colomban peut être un vecteur de ressourcement personnel ou de rencontre des autres européens.
C’est dans cet esprit que plusieurs marcheurs pionniers ont retrouvé les trace du chemin de Colomban.
C’est aussi pour les mêmes raisons que plusieurs communautés colombaniennes des pays traversés par Colomban proposent différents circuits de randonnée. Plusieurs projets sont menés en parallèle.

La Via Columbani – un balisage virtuel

La Via Columbani est le projet de balisage du chemin européen qui va de Bangor en Irlande du Nord à Bobbio en Italie avec des boucles régionales comme le tro breizh saint Colomban.

Une association de promotion française

Nos amis saint Colomban de Luxeuil sont les principaux artisans de ce projet. Une association de même nom Via Columbani, de type Fédération, regroupe un premier noyau d’associations d’Amis de saint Colomban en France. Son but est de trouver les financements nécessaires pour faire vivre le site internet et en faire sa promotion.

Adresse électronique de contact : viacolumbani@gmail.com

Un balisage virtuel

Sauf en quelques points historiques, la Via Columbani ne sera pas balisée pour des raisons financières, de difficultés compréhensibles de mise en place et d’entretien du balisage mais aussi de sauvegarde de la nature aujourd’hui surchargée de balisages divers.
Le balisage sera donc virtuel. C’est à dire, non pas matérialisé sur le terrain, mais disponible via un site internet et une application pour smartphone.
Ce choix présente les avantages de ne pas mobiliser du monde sur le terrain, de s’adapter rapidement aux modifications de circuit et de pouvoir fournir des informations complémentaires sur la restauration, l’hébergement et le tourisme.
La Via Columbani sur ordinateur permet de préparer son pèlerinage (itinéraires, étapes, hébergements, points d’intérêt…) alors que l’application mobile Via Columbani sur smartphone et tablettes servira sur le terrain pour s’informer et se guider sans besoin d’autre balisage, même hors connexion.

Le site internet décrivant le chemin de Colomban est géré par le logiciel Geotrek : https://viacolumbani.com/
Les applications sont disponibles pour Android et IOS. Il suffit d’aller sur les « store » spécifiques.

Un travail de renseignements important

Pour donner une idée du travail fourni, cette première version du site de la Via Columbani compte plus de 7 900 km à pied numérisés et référencés et plus de 12 600 km au total (pédestre, bateau et vélo), 330 étapes illustrées de manière détaillée par 920 contenus touristiques (hébergement, restauration, information…) et plus de 1300 points d’intérêt de toute sorte (historique, culturelle, panoramique, … ). Bien qu’exploitable en l’état, il reste encore du travail notamment en Irlande où le parcours est en discussion avec les comtés concernés, et en Bretagne où le tro breizh saint Colomban n’est pas encore complètement renseigné. Nous attendons aussi vos premières impressions pour améliorer ces produits.

Le tro breizh saint Colomban

La contribution de l’association des Amis Bretons de Colomban au projet Via Columbani est assurée par Alain Faverais chargé de définir le tracé et de décrire les étapes entre St Malo et Falaise d’une part, et entre Nantes et Rennes d’autre part. Il est également chargé d’intégrer le circuit du tro breizh saint Colomban qui couvre 1700 km de chemins bretons, et dont le point de départ est situé au pied de la croix saint Colomban de l’anse du Guesclin.
Le parcours du tro breizh est en partie disponible sur l’application Via Columbani :
https://viacolumbani.com/pedestre/region-tro-breizh-de-colomban-france/

Le chemin de Colomban – Un projet d’itinéraire culturel européen

Les trois villes de Bangor, Luxeuil et Bobbio ont crée, en 2013, une association européenne – le chemin de Saint Colomban, pour promouvoir le projet d’un itinéraire culturel européen.

Naissance de l'association "Chemin culturel de Colomban"

La signature des statuts de l’association du Chemin de saint Colomban a eu  lieu à Bobbio, le 8 mars 2014, en présence du maire de Bangor (Irlande), du maire de Bobbio (Italie) et du maire de la ville de Luxeuil-les-Bains.

Pour plus de détails sur ce grand projet vous pouvez consulter un premier dossier réalisé par nos amis de Luxeuil : Le chemin de St-Colomban (PDF – 2,9 mo) : le dossier des Amis de St-Colomban.

Le projet « chemin de Saint Colomban » s’est déjà déclaré candidat auprès des institutions européennes mais l’épreuve est difficile …

Des marcheurs sur le chemin de Saint Colomban

Le chemin de Saint Colomban à travers l’Europe n’est pas un chemin de pèlerinage traditionnel. C’est un chemin en devenir qui sera un fil conducteur pour les rencontres mutuelles des européens des différentes localités colombaniennes.

Cependant certains grands marcheurs ont commencé à mettre leurs pas dans ceux de Saint Colomban et matérialisé ainsi le premier tracé de ce chemin. En voici quelques uns que nous connaissons et qui sont passés par Saint-Coulomb :

  • Claudia et Robert Mestelan sont sans doute les premiers marcheurs modernes en 2007. Ils sont à l’initiative des plaques de bronze balisant certains grands lieux de ce chemin – Bangor, Saint-Coulomb, Luxeuil, Col du Septimer, Bobbio, …
  • Un groupe de marcheurs de Saint-Gall en suisse a faire le trajet Bangor-Saint-Gall, en 2011 et 212, en relayant les marcheurs.
  • Barry Sloan a fait cette marche en 2012 pour se rendre en Allemagne et a relaté son pèlerinage dans un livre.
  • Simon Derache a marché près de 9000 km sur les pas de Saint Colomban – de Bangor à Bobbio en 2014 puis le chemin de l’exil en 2016. Nommé responsable du tracé du chemin par l’association européenne, Simon est reparti en 2017 sur la trace des chemins nationaux – celui de Bretagne le Trobreiz colombanien, puis celui d’Irlande le Tourus Colombanus .